Opérations – l’Opération PRESENCE

Par: CplC P.D.J. Gallant, Veh Tech, 8 MSS TEME

Le gouvernement du Canada a demandé aux Forces armées canadiennes de préparer et de déployer une force opérationnelle à Gao, au Mali, pour appuyer la mission de stabilisation des Nations Unies (ONU). La force opérationnelle assure le soutien logistique aérien et le transport de nos partenaires des Nations Unies, en plus de notre capacité d’évacuation par les aires pour des raisons médicales 24/7 pour les forces des Nations Unies et les civils sur le terrain. La contribution du Canada aux opérations de soutien de la paix de l’ONU au Mali, pays d’Afrique de l’Ouest, fait largement appel à la force aérienne, mais l’Armée canadienne (AC) joue un rôle essentiel en appuyant la mission avec huit membres du Corps du GEMRC.

GEMRC déployé dans l’Opération PRESENCE-Mali, au Camp Castor à Gao, Mali le 15 decembre, 2018.
CplC Bohler Wpn Tech 5 RALC, Cpl Hutchinson Veh Tech 408 Sqn, CplC Martin EO Tech 3R22eR, Adj Lahey Veh Tech 408 Sqn, Sgt Leroux Veh Tech 17 MSS TEME, CplC Gallant Veh Tech 8 MSS TEME, CplC Jensen EO Tech 8 MSS TEME, CplC Tinnion Veh Tech 408 Sqn
Photo: Cpl Ken Beliwicz

L’Opération PRESENCE-Mali rotation 0 a déployé cinq techniciens de véhicules, deux techniciens en électronique optronique et un technicien d’armement pour appuyer une force opérationnelle de 250 personnes. Les roto 0 sont souvent classées comme difficiles et cette rotation n’a pas fait exception. Le temps de préparation limité, les délais de livraison de l’équipement, les températures extrêmes, les vents violents et la poussière ont contribué à en faire l’un des déploiements les plus difficiles dans l’un des endroits les plus austères de l’histoire militaire récente.

L’entretien et la réparation des véhicules ont été rendus plus difficiles en raison du temps qu’il a fallu pour obtenir les pièces et l’outillage. Des techniciens de véhicules ont été chargés d’assurer le soutien de plusieurs véhicules, y compris l’ambulance F-450, le ravitailleur, le VULR, les chariots élévateurs, les véhicules tout-terrain, les VSLR, les mules, l’équipement MSEA et les génératrices. Les techniciens du GEMRC ont relevé ce défi en réparant de façon créative les véhicules et autre équipement pour les remettre en service.

Ils ont effectué avec succès un changement d’essieu de deuxième ligne sur le CEFTT 10K au début de la mission alors qu’ils avaient peu d’outils spécialisés. Le caporal-chef Gallant et le caporal Hutchinson ont remplacé l’essieu en moins de huit heures en n’utilisant que des outils manuels de base, quatre vérins et un chariot élévateur télescopique pour déposer les essieux dans la caisse et les soulever hors de la caisse.

Techniciens de véhicules déployés dans l’opération PRESENCE. Ils changent d’essieu sur un RTF au Camp Castor à Gao, Mali le 13 août 2018.
Cpl Hutchinson (en bas de la photo), MCpl Gallant (à droit de la photo)
Photo: Cpl Ken Beliwicz

En raison du climat rigoureux et de l’environnement poussiéreux, l’entretien préventif était essentiel et chaque véhicule faisait l’objet d’un entretien hebdomadaire pour minimiser les pannes. Nous avons eu la chance de recevoir un excellent soutien de nos alliés de l’ONU, dont les Pays-Bas et l’Allemagne, qui ont toujours été prêts à nous aider et nous ont souvent fourni du matériel d’essai spécialisé et des consommables comme des écrous et des boulons pour poursuivre les réparations.

Le caporal-chef Bohler, seul technicien d’armement sur le théâtre d’opérations, entretenait les armes personnelles ainsi que les armes de service, les C-9 et les C-6, de tous les membres de la Force opérationnelle. Grâce à son professionnalisme et à son souci du détail, il a résolu les problèmes avec efficacité et efficience. Pendant ses temps morts, il a souvent aidé nos alliés à réparer des armes légères qui exigeaient une intervention rapide.

Les techniciens d’électronique optronique ont été chargés de l’entretien et de la réparation des génératrices et des systèmes de distribution d’électricité. Le Caporal-chef Martin a mis ses compétences secondaires à l’épreuve et a souvent agi à titre de charpentier de la Force opérationnelle, construisant plusieurs objets nécessaires pour le Bon Avn et pour l’élément de soutien national, ainsi que plusieurs chaises de style  » muskoka  » et écussons de la FO Mali roto 0. Ils ont également été chargés de l’entretien et de la réparation de tous les VSE SVSM, ce qui représentait un défi de taille pour les maintenir climatisés et pour qu’ils fonctionnent à des températures pouvant atteindre 50 degrés Celsius.

A plusieurs reprises, les membres du GEMRC ont travaillé en étroite collaboration pour résoudre de manière créative les problèmes que la FO leur a présentés. Pour leur ingéniosité et leur travail acharné pour la FO, le sergent Leroux et le caporal-chef Bohler ont reçu des pièces du commandant de la 1re Escadre, le colonel Morehen, et le caporal-chef Martin a reçu la pièce du chef d’état-major de la Défense.

Les soldats du GEMRC de la Force opérationnelle au Mali ont eu la chance d’être au Mali à l’occasion du 100e anniversaire de l’armistice et ont organisé le défilé en portant le béret bleu convoité des Nations Unies. Un autre défilé important a eu lieu lorsque le commandant COIC, le lieutenant-général Rouleau, a visité la Force opérationnelle et a remis la médaille MINUSMA et la Médaille canadienne du maintien de la paix au groupe.

Les visites ne s’arrêtent pas là. La visite très secrète du premier ministre accompagné du ministre de la Défense nationale, du chef d’état-major de la Défense et de l’adjudant-chef des FAC a été mémorable. Le seul but de la visite était d’avoir un dîner de Noël avec la FO Mali et de présenter quelques médaillons et quelques cadeaux (café Tim Hortons et une partie de hockey à bulles!). Le commandant de la FO, le colonel McKenna, a ensuite présenté le drapeau de l’ONU au premier ministre, qui se trouvait dans une boîte noire construite par notre propre caporal-chef Martin. Tout cela pour dire qu’un petit morceau du GEMRC de la FO Mali est maintenant dans le bureau du Premier ministre!

Alors que nous nous préparons à passer à la roto 1, nous pouvons dire en toute confiance que ce fut une aventure. Demeurer flexible et créatif a été la clé pour opérer dans cet environnement en bordure du désert saharien. Ce n’est pas un déploiement que nous allons bientôt oublier.

Laisser un commentaire