Voler la vadette

Je vais ajouter un élément à cette histoire fournie par Steve Ferris pour deux raisons. Tout d’abord, ce n’est pas souvent que nous, le GEMRC, nous nous trouvions sous les feux de la rampe, à moins bien sûr que cela implique des tournois de tir à la corde, des bonspiels ou du hockey. Si l’Armée était un spectacle de Muppets, nous serions les Doozers de Fraggle Rock qui s’occupaient tranquillement de nos affaires à l’arrière-plan, souvent à l’ombre de nos frères d’armes. Ce n’est pas un mauvais endroit pour être et sans aucun doute le travail que nous faisons pour eux compte. Comme le disait Field Martial Montgomery lorsqu’il décrivait le rôle de REME dans la campagne du désert, ils «gardaient le punch dans le punch de l’armée». Cela s’appliquait aussi bien à REME qu’au très certainement GEMRC à l’époque et à l’heure actuelle. La deuxième raison de l’attaquant est que je ne pensais pas vraiment à ce qui s’était passé sur le stand ce jour-là, j’étais juste heureux d’être utile en dehors du bureau. Je ne l’étais pas avant que Steve ne raconte l’histoire de BUB que j’ai appelée au moment où nous avons volé un peu le tonnerre de mes «15 nanosecondes de gloire». Corps SM

Par: Steven Ferris, CD

24 octobre 2006, Tarnak Farms / Aérodrome de Kandahar, Afghanistan.

J’ai été déployé en Afghanistan en tant que comd sec d’armes et ai été nommé représentant du groupe de contrôle du CSS pendant un mois, alors que l’un des capitaines était sur son IRD. J’étais dans un poste au Centre d’opérations du groupement tactique canadien en Afghanistan pour jouer le rôle de l’un des deux agents de liaison chargés de soutenir les opérations du groupement tactique pendant la FO 3-06.

Pendant cette période, le groupement tactique recevait les chars léopards dans le théâtre. Il y avait des réunions quotidiennes au Centre des opérations pour coordonner les arrivées, les inspections et les besoins de ce nouvel atout. L’arrivée des léopards sur le théâtre des opérations a été une «grosse affaire», ce projet ayant suscité beaucoup d’attention, et CSS a joué un rôle important dans la réussite de ce projet.

Le commandant de Strathcona et son adjudant assistaient à ces briefings quotidiens sur le groupement tactique (BUB) afin de s’assurer que leurs besoins étaient satisfaits et de fournir au commandant des opérations des mises à jour sur le moment où les chars pourraient être utilisés pour soutenir la FO 3-06. Après (un certain temps de) planification, la journée était enfin arrivée lorsque les premiers obus des chars canadiens ont été tirés en Afghanistan.

Ce matin-là, nous avons eu une réunion pour nous assurer que le champ de tir était préparé et que tout le personnel de soutien, les équipes de chars et l’équipement étaient prêts et en place pour tester le tir des léopards. Le champ de tir se déroula comme prévu et j’attendis le retour de l’adj Saunders, du sgt McColeman et des techniciens du GEMRC afin de pouvoir me tenir au courant pour la BUB ce soir-là.

J’ai rencontré l’adj Saunders après le champ de tir et il m’a donné des détails sur la pratique du champ de tir afin que je puisse faire le point au BUB ce soir-là. Comme beaucoup d’entre vous le savent, une table ronde a été organisée dans ces bureaux afin d’aborder tous les points survenus ce jour-là. CSS était souvent le dernier à être entendu. J’étais assis à la table et écoutais tous les «joueurs» soulever leurs points, mais le plus gros événement au BUB était que tout le monde voulait savoir comment se déroulait l’entraînement au champ et savoir si les chars léopard étaient prêts à être utilisés pour les opérations.

Le major Strathcona a parlé avec fierté de l’évolution de la portée et a déclaré qu’il était très fier de souligner que les Strathconas étaient les premiers Canadiens à avoir tiré le feu lorsqu’ils étaient en Afghanistan. C’était quelque chose de grosse pour le régiment et ils étaient extrêmement fiers d’être les premiers à tirer ces obus, ils ont même gardé les gaines. Je crois qu’il faut donner crédit lorsque le crédit est dû mais ces commentaires ne me plaisaient pas du tout. J’étais heureux pour les Strathconas et je suis resté tranquille jusqu’à ce que ce soit à mon tour de parler.

Quand mon tour est arrivé, j’ai félicité les Strathconas et souligné le travail effectué par le peloton de maintenance pour que ces léopards soient prêts à être utilisés. J’ai ensuite fait remarquer au commandant que son histoire n’était pas factuelle. Cela a attiré l’attention de tous ceux assis autour de la table et tous les yeux étaient rivés sur moi, me demandant où est ce que j’allais avec ce commentaire. Qui étais-je pour dire qu’un major avait tort?  

Le major et son adjoint me dévisageaient et je pouvais voir qu’ils n’étaient pas contents. J’ai  en commencement fait un petit sourire narquois et j’ai commencé à dire à tout le monde qu’il s’agissait en fait d’un technicien du  armement GEMRC, du nom de l’adj Saunders, puis du Sgt McColeman, un technicien du EO GEMRC, qui avait tiré les premiers obus d’un char Léopard en Afghanistan. En fait, c’est le corps du GEMRC et les techniciens du GEMRC qui supportant le champ de tir qui ont tiré les premiers coups des chars léopard en Afghanistan et non les Strathconas, comme cela a été dit précédemment.

WO Jeff Saunders

Eh bien, vous auriez pu entendre une épingle tomber après mes commentaires, puis un éclat de rire a éclaté autour de la table. Le major n’était pas particulièrement satisfait de mon commentaire, d’autant plus qu’il était maintenant critiqué par tous les autres représentants présents. Les représentants présents ont commenté sur le fait que le RCEME a volé le tonnerre aux Strat. Après la réunion, j’ai approché le major pour faire amende honorable, car je le reverrais toujours aux BUBs et je ne voulais pas qu’il y ait une gêne persistante, mais il était nécessaire d’être factuel sur les premiers tours.

Plus tard dans la nuit, je suis retourné dans ma tente et j’ai raconté à l’adj Saunders mon histoire au BUB et lui ai dit que je ne serais peut-être pas employé demain.

Laisser un commentaire