Portrait d’un membre – l’Adjuc (Ret’d) Thomas Allen Earl Tompson

Par: Sgt Doug Ilnicki, GS 4e Div Det Toronto, Services Techniques

Les célébrations du 75e anniversaire approchant à grands pas, l’accent a été mis sur l’héritage et les traditions du GEMRC. Cette année, le Corps reviendra au béret bleu, ce qui m’a fait penser à ceux qui étaient sur les rassemblements originaux en 1944. Récemment, j’ai eu la chance de m’asseoir avec l’un des plus anciens techniciens d’armes et de parler de ses souvenirs du Corps du GEMRC.

Son histoire a commencé comme celle de tant d’autres de sa génération, la guerre faisait rage depuis plusieurs années et il avait fait de son mieux à l’époque. Il avait suivi un cours de formation sur les situations d’urgence en temps de guerre au Nouveau-Brunswick et travaillait comme machiniste. À l’époque, il avait trois frères qui se disputaient en Italie quand il a décidé qu’il voulait s’enrôler et se battre aussi. Deux jours à peine après son 17e anniversaire, Thomas Allen Earl Thompson (Adjuc retraité) s’est enrôlé comme machiniste et a commencé sa carrière militaire.


Lorsqu’il s’est enrôlé, il avait menti au recruteur sur son âge en disant qu’il avait 19 ans, ce qui a trompé tout le monde pour le moment. Tout allait bien pour Tom, il a terminé sa formation et était sur le point d’être déployé à l’étranger lorsqu’il est rentré chez lui pour un congé d’embarquement pendant les vacances de Noël. Il semble que sa sœur ait fouillé un peu dans ses affaires et qu’elle ait trouvé des documents indiquant qu’il allait être déployé à l’étranger, ce dont elle a rapidement informé leur père. D’une manière ou d’une autre, son âge a fait son chemin vers l’armée et la gigue était levée, ses aventures outre-mer ont été punies jusqu’à ce qu’il ait 19 ans. Tom a passé le reste de la guerre au Canada à la base de Barriefield (BFC Kingston). C’est là qu’en 1944, par une fraîche matinée de printemps, il s’est retrouvé au rassemblement, passant du CORC(G) au GEMRC.

En 1946, Tom a quitté l’armée comme d’innombrables autres et a essayé de retourner à la vie civile. 1949 a roulé autour et Tom a senti la démangeaison et s’est réengagé où il est resté actif pendant 3 décennies, pour finalement prendre sa retraite en 1979. Au cours de sa deuxième tournée, il est passé de machiniste à technicien d’armement, a été affecté dans tout le pays et a également passé quelque temps en Allemagne. Quand je lui ai posé des questions sur l’unification à la fin des années 60, il m’a répondu comme mon grand-père, avec une haine amère pour elle. Il avait l’impression que l’histoire et l’héritage de nos grands militaires en avaient été dépouillés et, bien sûr, qu’il avait tué notre Artisan. En 1969, il se rappelait avoir participé au rassemblement du 25e anniversaire de l’Atelier 202 à Montréal. Au moment où le 50e a roulé autour de lui, il était à la retraite depuis plus d’une décennie, mais il a assisté aux festivités à Borden. Depuis, il a souvent participé à des tournois de golf du RCEME et à diverses activités du Corps. Ce printemps, il prévoit faire le pèlerinage à Borden pour le rassemblement et à Ottawa pour le dîner du mess du Corps du GEMRC à partir de chez lui à Kitchener, en Ontario, et célébrer le 75e anniversaire avec son fils l’Adjuc Dave Thompson (Tech d’armement).

Lorsque la rassemblement aura lieu le jour du GEMRC cette année et que nous passerons aux Bérets bleus, j’espère que nous pourrons nous rappeler notre héritage et penser à ceux qui ont servi dans notre corps. Au cours de nos célébrations, nous devrions aussi prendre le temps de converser avec les anciens combattants de notre Corps, car lorsqu’ils seront partis, nous perdrons cette histoire à jamais. Tom, j’ai hâte de m’asseoir et d’entendre d’autres belles histoires en mai prochain.

194 Inf Workshop Sgt Mess, Germany

Laisser un commentaire